LE SANCTUAIRE

 

LE SANCTUAIRE

Après un incendie en l’an 80, son périmètre augmente. On sait qu’une pièce est construite à l’angle Sud Ouest et qu’elle abrite un petit édifice hexagonal qui longtemps a été assimilé à un puits, mais en 2008 après une réhabilitation des murs d’enceinte, il a été vérifié qu’il n’en était rien.


Une hypothèse serait qu’une croyance d’origine romaine laisse supposer que cet endroit précis aurait été touché par la foudre, considéré comme le geste d’un dieu. Foulé par ce dieu, l’endroit ne devait plus l’être par un simple mortel, protégé par ces murets hexagonaux.


Lors de ces travaux, un bel enduit a été trouvé sur une face. Précieusement décollé, il est conservé à la Direction des Affaires Culturelles du Centre à Orléans.


La surface du Sanctuaire est de 7830 m2. Il s’agit d’un carré de 88,5 m de côté.


Un mur assurait son enceinte. La porte principale d’accès était à l’Est. Il subsiste des pierres du soubassement de cette porte monumentale à deux battants, les traces des mortaises et structures de pivotement sont encore visibles.


A l’intérieur de ce périmètre, il y avait un fanum reporté sur le plan quant à son emplacement.


Les fondations de ce bâtiment existent toujours. Elles sont recouvertes de terre meuble. Pour matérialiser l’emplacement exact des murs extérieurs et de la «cella» (7mx7m), des arbustes ont été plantés comme on peut le voir sur la photo montage en panoramique.

Un montage photo panoramique du Sanctuaire avec au premier plan, la matérialisation végétale des fondations existantes du fanum qui exprime bien la galerie par rapport au bâtiment central.

dessin représentant le fanum de Langensoultzbach (Alsace) -Musée

Des travaux de restauration importants ont été entrepris par la DRAC dans la partie Sud (les deux murs parallèles, la pièce avec construction hexagonale et consolidation des fondations du bâtiment au Sud-Est).

Les deux murs parallèles Sud

Les fondations du bâtiment Sud Est

La pièce au Sud Ouest avec son petit édifice hexagonal et l’enfilade des deux murs Sud

Courant 2012, la Commune a placé un panneau didactique proche des fondations de bâtiment Sud Est . Il présente une reproduction de l’architecte archéologue Jean-Claude GOLVIN. Il s’agit de la représentation virtuelle aérienne de ce Sanctuaire à l’époque où il était un Site Cultuel.

Lors de sa réhabilitation en 2008, il est apparu que ce petit édifice était posé directement sur le sol et ne pouvait pas, en conséquence, être un puits.


On notera l’excellente conservation de l’enduit sur les deux faces de l'hexagone qu’il constitue. cet enduit a été décollé par les spécialistes de l’INRAP et transféré à Orléans pour analyse et conservation.

D’après une photo de J. Holmgren

Dessin de Hazé, 1834

Janvier 2012 : La Revue archéologique du centre de la france (Racf) a mis en ligne sur Internet un article : Le sanctuaire gallo-romain de Drevant (Cher) : état des connaissances et nouvelle approche archéologique des façades sud et est par Frédéric Méténier